Église

L’Eglise de Triguères vous accueille tous les jours.

 

En fonction des conditions climatiques et durant la période hivernale, les grandes portes de l’église peuvent être fermées mais les petites portes latérales restent accessibles.

En cas de fermeture, contactez Mme Céline COURSAULT

Tél.: 06 51 76 94 73

La messe a lieu le dimanche à 11h à l’Eglise de Chuelles.

Pour accéder à la page Facebook de la paroisse de Château-Renard, Courtenay et Ferrières-en-Gatinais, merci de cliquer ici.

Numéro de téléphone du Presbytère de Montargis: 02 38 85 27 43


Les travaux de restauration du vitrail endommagé sont terminés:

(7 153€ dont 80% pris en charge par l’assurance et la DRAC)

 

 

 

 

 

Partie restaurée                                   Signature du maitre d’oeuvre Paris

 

 

 

 

 

A gauche, la restauratrice de notre vitrail

A droite, le tailleur de pierre qui a effectué la pose

 

 


 

Extrait de l’histoire de Triguères :

Notre église racontée par Bernard Cachon:

«Actuellement on peut admirer son Église où trois époques se rencontrent: du Xie siècle datent la Tour à base carrée de 13 mètres de haut surmontée d’une flèche octogonale en épi, couverte en ardoises de 20m environ, et le portail, classé par les Beaux-arts avec sa baie en plein cintre, surbaissée; sur une pierre du contrefort sud estgravée une inscription précieuse sur l’origine de sa construction, du Xile siècle la Grande Nef, du XVle siècle les deux Basses Nefs.

Dans le choeur, l’autel Renaissance et le tabernacle doré, furent offerts en 1754 par les Dames Bénédictines de MONTARGIS qui possédaient une “maison de campagne” à TRIGUÈRES (l’actuel Donjon), ce tabernacle provient du couvent de Gy les Nonains supprimé en 1751..

Traces de fresques représentant l’Adoration des Bergers.

Une statue de la vierge fut découverte en 1945, elle est classée par les Beaux-arts et intitulée “Vierge Royale” bois du XVe.

Nef de Sainte-Alpais, patronne de TRIGUÈRES, née dans ce village en 1150, mourut à CUDOT vers 1.210. Elle fut, dit son historien, miraculeusement gué¬rie par la Vierge Marie d’une affection purulente, mais elle resta paralysée et dut demeurer perpétuellement couchée, n’ayant besoin d’aliment ni breuvage d’aucune sorte. Depuis 1170 la vie d’Alpais se passa dans une extase continuelle ; la sainte prophétisait et opérait des guérisons miraculeuses. PIE IX l’a canonisée le 7 février 1874. Sa source était l’objet chaque année d’un pèlerinage important (on invoque Ste Alpais pour avoir de la pluie) une statue a été érigée près de la fontaine, au milieu d’un jardin. »